Gros plan sur ce village de Dordogne qui entre en résistance contre Linky

 

 

https://www.sudouest.fr/2019/08/14/gros-plan-sur-ce-village-de-dordogne-qui-entre-en-resistance-contre-linky-6445086-6150.php

 

En 2015, la commune de Saint-Capraise-de-Lalinde a voté une motion pour être classée «hors compteurs Linky». Depuis, ellecampe sur sa position.

Refusant le déploiement des compteurs Linky, la commune de Saint-Capraise-de-Lalinde est attaquée par l’État et Enedis.

Malgré la torpeur estivale, plus d’une centaine de personnes étaient présentes, mardi 13 août au soir, dans le foyer municipal de Saint-Capraise-de-Lalinde. « Cela confirme la grande inquiétude que suscite le sujet  », a relevé Laurent Péréa, le maire (PCF) de la commune. Il avait convié ses administrés à une réunion publique afin de répondre aux « nombreuses questions » qu’ils se posent « concernant le nouveau compteur Linky », et évoquer « les moyens de s’y opposer et d’envisager les suites à donner de manière individuelle et collective », selon l’invitation.

 

« Trop tard »

 

L’affaire a débuté le 2 décembre 2015 quand, à l’unanimité, le Conseil municipal a voté une motion qui plaçait la commune « hors compteurs Linky ». Deux arguments étaient invoqués : « le fort risque cancérogène que présentent ces nouveaux appareils » et leur « impact sur l’emploi chez les agents ERDF » – ils seraient en cause dans la disparition supposée de ceux chargés des relevés de compteurs. « Puis plus rien, expliquait mardi Laurent Péréa à ses administrés. La délibération n’a fait l’objet d’aucun rejet de la part du contrôle de légalité des services de l’État et a donc été certifiée exécutoire. » En réalité, la préfecture est revenue à la charge, « mais trop tard », s’amuse-t-il.

En avril 2016, l’édile a reçu un courrier du préfet. Point par point, ce dernier réfutait les arguments mis en avant dans la motion de décembre 2015.

C’est avant que ses services auraient dû nous avertir qu’elle était illégale, rétorque le maire. Il nous aurait demandé de la retirer, ce que nous n’aurions pas fait, puis nous aurait attaqués devant le tribunal administratif pour la casser. Il a réagi trop tard. Que ses services n’aient pas été attentifs à l’époque, ça m’est égal. »

 

Devant le tribunal administratif

 

Les années ont passé. Un peu partout en France, les communes qui s’opposaient aux compteurs Linky perdaient devant le tribunal administratif, comme Montpeyroux, autre localité de Dordogne "anti-Linky", la première à avoir été condamnée en France (1). « Mais ils ne sont jamais revenus à la charge chez nous. Je voyais bien qu’ils étaient gênés aux entournures. »

L’affaire a rebondi en juin, quand Laurent Péréa a appris par Enedis que le déploiement des compteurs à Saint-Capraise allait débuter dès le mois de juillet. Il a répondu à l’opérateur par courrier en date du 28 juin, rappelant que la motion de 2015 plaçant la commune « hors Linky » n’avait fait l’objet d’aucun rejet : « Je vous demanderai d’en prendre acte et de surseoir à tout déploiement du nouveau compteur envisagé sur la commune. »

Dans la foulée, le 3 juillet, le Conseil municipal se réunissait et votait l’interdiction du « déclassement des compteurs existants », de « leur élimination » et de leur « remplacement » par des Linky « sans le consentement préalable de la commune ». Enedis a alors « attaqué Saint-Capraise-de-Lalinde devant le tribunal administratif de Bordeaux », raconte le maire.

 

Seulement “un vœu”

 

La réplique de la préfecture a suivi, cette fois avec une assignation en référé devant la même juridiction, visant à casser la délibération du 3 juillet. « Dans son mémoire, le préfet évoque la délibération de 2015, en disant qu’elle formulait seulement “un vœu” de notre part », assure le maire. En effet, en décembre 2015, la décision prise par son conseil était une « motion de soutien » et non une « délibération » faisant grief. La nuance l’agace : « On va lui rappeler ce qu’il en est de la langue française. » L’audience du tribunal administratif est prévue lundi 19 août, à 9 h 30 (lire ci-dessous).

(1) En 2016, la Dordogne était le département comptant le plus de communes opposées aux compteurs Linky.

 

>> À qui appartiennent les compteurs ?

 

Parmi les arguments invoqués pour justifier sa prise de position, Saint-Capraise-de-Lalinde estime qu’« en tant que propriétaire des compteurs », elle est la « seule compétente » pour prononcer leur « déclassement » et leur « élimination », est-il précisé dans la délibération du 3 juillet.

Le sujet avait été abordé dans le courrier envoyé par le préfet en avril 2016. Textes de lois à l’appui, il contredisait le maire, expliquant que les compteurs relèvent « des autorités organisatrices de la distribution », en l’occurence en Dordogne, le Syndicat départemental d’énergies (SDE 24), auquel les communes ont délégué la compétence. Derrière, ce syndicat a concédé l’exploitation du réseau et ses appareils de mesures, c’est-à-dire les compteurs, à ERDF, dont Enedis est une filiale. Cette concession de 30 ans arrivera à terme en 2023.

 

>> Les habitant fourbissent leurs armes

 

Lors de la réunion publique de mardi 13 août, plusieurs stratégies ont été évoquées pour empêcher le déploiement des compteurs Linky à Saint-Capraise-de-Lalinde. Par exemple, mettre à la disposition des administrés des autocollants contre les compteurs Linky à poser sur leurs appareils. Ou bien leur proposer des modèles de courriers types à envoyer à Enedis.

Une centaine d’administrés ont répondu à l’appel du maire de Saint-Capraise-de-Lalinde (24).

Crédit photo : Grégoire Morizet

Une autre idée consiste à constituer un réseau d’habitants prêts à se mobiliser dès qu’un agent Enedis apparaîtrait pour changer un compteur. « S’il nous voit à dix autour d’un poteau, ça peut le faire réfléchir à deux fois avant de poursuivre », pense le maire Laurent Péréa. Mais dans un premier temps, la commune affrète un bus gratuit pour que ses administrés se rendent en nombre à l’audience de référé du tribunal administratif, programmée à Bordeaux, lundi 19 août (1).

Péréa joue la montre Reste que, jusque-là, la plupart des communes qui ont refusé le déploiement des compteurs Linky sur leur territoire ont été déboutées. « C’est le pot de terre contre le pot de fer », soupire le maire de Saint-Capraise. Sa stratégie est donc aussi de long terme. Avec cette fronde et son volet judiciaire, il espère que le déploiement va être renvoyé, avec une date en tête : 2021. Car cette année-là, il est prévu qu’Enedis aura terminé sa mission. 35 millions de compteurs auront été posés.

(1) Rassemblement à 6 h 30 devant le foyer municipal du village. Inscription s à la mairie au 05 53 63 47 65, au 05 53 63 43 26 ou au 06 78 03 39 49.

 

Grégoire Morizet

 

 

 

 

Please reload