Le collectif Stop Linky lance une action collective contre Enedis Nord Aquitaine

 Source  : https://www.ladepeche.fr/article/2018/05/25/2804736-collectif-stop-linky-lance-action-collective-contre-enedis-nord-aquitaine.html

L’opposition au compteur Linky franchit un cap en Lot-et-Garonne, Dordogne et Gironde. Les collectifs Stop Linky de ces trois départements annoncent qu’ils viennent en effet de saisir le tribunal de grande instance (TGI) de Bordeaux pour une action collective contre Enedis (1) et ses fameux compteurs intelligents. « Nous avons demandé à notre avocat, Me Jean-Pierre Joseph, du barreau de Grenoble, spécialiste de ces problématiques de s’occuper du dossier », expliquait ce jeudi Françoise Lenoble, membre du collectif Stop Linky 47. « 200 personnes de ces trois départements ont été réunies pour mener la même action ».

 

200 clients regroupés

 

Au total 24 motifs de plaintes sont déposés pour ces 200 clients : démarches commerciales abusives, non respect de la propriété privée, installation illégale, etc. « On a lancé l’opération en mars et on a rapidement eu 200 personnes prêtes à se regrouper.  On a alors proposé à Enedis de prendre contact avant le 11 mai, faute de quoi on entamerait une démarche devant le TGI de Bordeaux. Et comme nous n’avons eu aucun retour, le premier dossier a été déposé », poursuit Françoise Lenoble. « Depuis 200 autres ont été validées. On continue comme ça, par groupe de 200 plaignants pour des actions collectives, ou « class action ». » Une procédure collective pour une somme modique puisqu’il en coûte aux participants « 23 euros » par tête. But de la manœuvre : arrêter le déploiement des compteurs Linky. Ou en tout cas, permettre à ceux qui n’en veulent pas d’être libre de le refuser. À suivre. 

 

«On demande que ceux qui refusent les compteurs soient respectés»

 

Le collectif Stop Linky 47 ne baisse pas la garde. Alors que fin 2017, une réunion de médiation avait eu lieu à la sous-préfecture entre anti-Llinky et responsables locaux d’Enedis, assurant que la volonté des clients serait respectée même en cas de refus de pose du compteur intelligent, le collectif, lui, n’en finit pas de recueillir des témoignages montrant l’inverse : « On a désormais une permanence hebdomadaire, chaque mercredi à la Maison de la vie associative à Villeneuve, le mercredi à 18 heures », explique Rémy Kraunos, membre du collectif. « Chaque semaine, il y a une vingtaine de personnes qui viennent nous voir, pour demander de l’information et se plaindre des méthodes commerciales d’Enedis ou de ses sous-traitants chargés d’installer les compteurs. »

 

"Les témoignages se multiplient"

 

La plainte classique c’est celle de l’abonné à qui on a installé un compteur Linky alors qu’il n’était pas d’accord : « Les témoignages se multiplient », observe Françoise Lenoble, une autre membre villeneuvois de ce même collectif Stop Linky. « Lors des coups de fils pour prendre rendez-vous, il y a des intimidations : on prétend que sans Linky, la pose sera facturée. À un abonné de rue Saint-Étienne, un interlocuteur a même expliqué que si le compteur n’était pas posé, il recevrait une amende, avant que la société ne revienne avec un huissier et la police. Tout ça est un tissu de mensonge destiné à influencer les plus faibles. »

 

Au-delà des arguments économiques, sanitaires ou politiques entourant ce débat, pour Rémy Kraunos ce qui importe c’est le respect du choix des citoyens : « Le maire de Brax vient de prendre un arrêté très bien ficelé qui refuse que sur sa commune un compteur Linky soit posé chez quelqu’un qui s’y oppose. L’arrêté en question prévoit même l’intervention possible de la police municipale pour empêcher la pose le cas échéant. Les maires ont ce pouvoir-là et même le devoir de faire respecter les choix de leurs concitoyens. C’est ce qu’on leur demande. »

Opposée car électrosensible  

Les quelques cas de figure évoqués par Françoise Lenoble seraient loin d’être isolés selon le collectif villeneuvois et comme en témoigne Marie-Christine Florentin, habitante d’Eysses à Villeneuve : « En février, j’ai reçu un courrier d’Enedis m’informant que mon compteur allait être remplacé par un compteur Linky. Et qu’une société prendrait rendez-vous avec moi pour ce faire. J’ai répondu par courrier qu’étant électrosensible, je ne souhaitais pas la pose d’un compteur Linky qui utilise les Courant porteurs en ligne (CPL) pour communiquer. J’ai également posé une affiche exprimant clairement mon refus, sur l’armoire de mon compteur électrique, accessible depuis la rue. » 

Mais un soir de février, en rentrant chez elle, Marie-Christine explique avoir été victime de maux de tête puissants, de bourdonnements d’oreilles : « Je ne comprenais pas jusqu’à ce que je trouve dans ma boîte aux lettres un avis de passage disant qu’un compteur Linky avait été posé chez moi. Mon voisin est venu me voir pour me dire qu’il avait assisté à la scène. Le poseur avait arraché l’affiche. Lorsque mon voisin lui a fait remarquer que j’étais opposé et absente, il s’est vu répondre : « Si elle est absente, je pose ! ». »

 

Procédure judiciaire envisagée

 

Depuis, Marie-Christine s’est rapprochée du collectif Stop Linky, a de nouveau écrit en date du 17 avril à Enedis pour demander le retour d’un compteur classique. Demande également appuyée par Stop Linky 47 le 27 avril. «Aujourd’hui, nous n’avons reçu aucune réponse », disent de concert Marie-Christine Florentin et le collectif. Première étape, médiatiser l’histoire. « Si ça ne mène à rien, on entamera une procédure judiciaire ». En attendant, Marie-Christine reste le moins possible chez elle : « Je suis partie une semaine en Espagne, et je n’avais plus aucun désagrément. A mon retour, ça a recommencé. » Et profite au maximum de son jardin pour manger ou se reposer. 

 

(1) Contactée, la dierction de la communication d’Enedis n’a pas souhaité commenter.

 

Please reload