Communiqué de Stephane Lhomme

 

 

 

Bonjour à toutes et tous,

la situation est un peu confuse en ce moment, je vous propose quelques explications et mises au point.





1) actions du 5 mai

Des initiatives anti-Linky auront lieu ce jour là, comme une chaine humaine dans le Vercors. Il a été envisagé (y compris par moi) de faire de cette journée une journée nationale d'actions anti-Linky. Cependant, outre une mobilisation plutôt disparate, il est apparu que cette journée allait être aussi (et surtout) une journée globale de contestation de la politique de Macron et de son gouvernement.
Il m'a donc semblé que la mobilisation anti-Linky risquait fort de passer inaperçue et qu'il valait mieux repousser la journée anti-Linky à une date ultérieure. Mais, comme déjà expliqué, je ne suis chef de personne, chacun et chaque collectif fait comme il l'entend, et il y aura quand même des actions le 5 mai, que ce soit avec les mobilisations "anti-macron" ou séparément.
Le Collectif Stop-Linky 88 a ouvert à cet effet un formulaire pour répertorier ces actions : 
http://www.stoplinky88.fr/journee-nationale-du-5-mai-ou-pas





2) actions juridiques mysmartcab/lexprecia
 

Je suppose que je n'ai pas besoin de revenir en détail sur les raisons de mon malaise (euphémisme) vis à vis de ces démarches relevant du marketting agressif, avec de bonne vieilles ficelles comme "Inscrivez-vous vite avant la date limite". Il manque juste un abonnement gratuit à l'Express ! De plus, pour la n-ième fois, cette fameuse date limite a encore été repoussée pour capter de nouveaux clients (pendant que les premiers inscrits attendent depuis un an qu'il se passe enfin quelque chose !).

Pour mémoire, j'ai été démarché dès mars 2017 par l'initiateur de ces procédures (qui espérait clairement que je lui rabatte des clients) qui m'avait fait l'éloge de ses méthodes comme irradier des gens devant huissier ("prouver judiciairement les lésions que provoquent l'exposition à ces compteurs") ce qui est à la fois inacceptable moralement et de toute façon totalement perdu d'avance sur le plan juridique.

Mais chacun est libre de verser son argent sans forcément s'être renseigné sur les précédents "exploits" de ces avocats-commerciaux, et sans regarder précisément les choses plus que surprenantes que l'on trouve dans leurs Conditions générales de vente (CGV, on se croirait chez EDF/Enedis !).

Et, c'est bien connu, une fois qu'on a mis de l'argent dans une telle démarche, on est appelé à en remettre sous peine de "tout perdre". Or, quel que soit le résultat des référés lancés, il y aura bien sûr appel, puis procédure sur le fond, etc...

 




3) arrivée de l'avocate Corine Lepage 

Depuis quelques jour, l'avocate et ancienne ministre Corine Lepage fait subitement feu de tout bois contre le Linky, ce dont on devrait se réjouir. Cependant :

- on peut noter qu'elle est accoquinée avec mysmartcab/lexprécia, invitant particuliers, associations et mairies à verser leurs obole à mysmartcab pour les procédures annoncées...

- elle commet l'erreur grossière de se focaliser uniquement sur les ondes et le CPL. Elle est pourtant bien placée pour savoir que, en France, il est quasi-impossible de gagner sur les questions sanitaires et environnementales (cf amiante, nuage de Tchernobyl, etc). 

Pour mémoire, je rappelle que la meilleure façon d'échapper aux ondes et au CPL du Linky est de parler aussi (voire surtout) des autres problèmes : incendies, données personnelles (cf affaire Direct énergie), finances (rapport de la Cour des comptes), etc.





4) rappel - Faux-site militant POAL

Tant que j'y suis, constatant que des gens s'y font encore prendre, je rappelle que le site POAL est un faux site militant mis en place par deux escrocs qui, en réalité, ne sont là que pour vendre (très cher) de pseudo filtres "anti-CPL" qui filtrent plus surement votre porte-feuilles que les ondes. Pour mémoire, ces escrocs aussi m'avaient contacté en se faisant passer pour des militants, espérant (vainement) que je les aiderais à infiltrer le milieu anti-linky...





5) actions juridiques et/ou résistance

Pour mémoire, j'ai obtenu du cabinet d'avocats Artemisia, connu pour son engagement pour l'environnement et les droits humains,  la mise au point de documents mis gratuitement à la disposition des communes et des particuliers. 

D'autre part, grâce à des souscriptions (merci encore aux participants), des procédures "tests" ont été lancées pour essayer de faire enlever un Linky déjà posé, pour empêcher l'installation du Linky, et pour défendre des communes (Loubaut, Bovel) dont les délibérations sont attaquées en justice administrative.

Le but est de voir d'abord si nous pouvons gagner (ce qui n'est pas sûr du tout) plutôt que d'inviter les gens à sortir leurs chéquiers et verser leurs argent en leur faisant miroiter des grandes victoires... dont personne ne peut pourtant être certain.


Je rappelle que, dans tous les cas, les procédures juridiques ne sont que complémentaires avec ce que chacune et chacun doit faire en priorité : empêcher matériellement Enedis et ses milices de poser les Linky.

Cette résistance est justifiée, nécessaire, à la portée de toutes et tous (même de ceux qui n'ont pas d'argent pour aller en justice), et elle peut (et doit !) être menée collectivement dans les quartiers, les immeubles, les copropriétés, etc.

Soyons courageux et solidaires pour l'intérêt général et pour le bien de toutes et tous.



Stéphane Lhomme 
Conseiller municipal (bénévole) de Saint-Macaire (33) 
Animateur du site web http://refus.linky.gazpar.free.f

Please reload