Linky : Après l’Assemblée, le Sénat refuse aux consommateurs le droit de rejeter le compteur

26/03/2018

 

 

source https://www.capital.fr/economie-politique/linky-apres-lassemblee-le-senat-refuse-aux-consommateurs-le-droit-de-rejeter-le-compteur-1279013

Un amendement défendu par la droite visant à donner la possibilité de refuser la pose d’un Linky a été rejeté par le Sénat mercredi 21 mars. Interview de Florence Lassarade, sénatrice LR de Gironde, qui a porté le texte.

 

Un nouvel échec pour les anti-Linky. Alors que la France insoumise avait déjà essuyé un premier refus lorsqu’elle avait présenté, il y a quelques semaines, un amendement visant à permettre à tous les utilisateurs de refuser la pose du compteur Linky, le Sénat semble bien lui avoir emboîté le pas. Dans le cadre de l'examen du projet de loi sur le règlement général de la protection des données personnelles, la sénatrice LR de Gironde, Florence Lassarade, avait déposé un amendement qui proposait exactement la même chose. Mais le texte a été rejeté ce mercredi 21 mars. Pour Capital, la sénatrice du Sud-Ouest de la France revient sur ce qui l’a poussé dans ce combat législatif, et ce sur qu’elle compte entreprendre à l’avenir.

Capital : Quel constat vous a amené à présenter cet amendement au Sénat ?

Florence Lassarade : Je suis élu au conseil municipal de Saint-Macaire, en Gironde, une commune du Sud-Ouest de la France dans laquelle les habitants débattent beaucoup des effets du compteur Linky. Surtout, je siège aux côtés de Stéphane Lhomme, un des militants anti-Linky les plus actifs qui, s’il est par moment provocateur, est tout de même un lanceur d’alerte qui m’a sensibilisé à la question. Par ailleurs, depuis que j’ai été élue au Sénat, je fais partie de l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (Opecst), ce qui m’a permis de rencontrer les différents protagonistes du Linky, que ce soit des défenseurs ou des opposants. J’ai ainsi entendu divers témoignages de personnes électrosensibles qui se plaignaient des effets du compteurs : étant moi-même médecin, je me pose des questions sur les preuves scientifiques de ce qu’ils avancent, mais j’entend leur peur, leur souffrance psychologique.

Concrètement, qu’avez-vous proposé avec votre amendement ?

Sachant qu’il persiste des doutes sur l’utilisation des données personnelles des utilisateurs par ces compteurs intelligents, j’ai proposé qu’Enedis ne puisse pas installer le Linky quand les consommateurs s’y opposent. D’ailleurs, le Règlement général sur la protection des données (RGPD), qui émane de l’Union européenne et entre en vigueur le 25 mai prochain, consacre le consentement des personnes au traitement de leurs données personnelles. C’est un argument sur lequel je me suis appuyé pour défendre cet amendement. Malheureusement, ce dernier a été rejeté, puisque considéré comme un “cavalier législatif”, c’est-à-dire un amendement que l’on a estimé n’avoir rien à voir avec le projet de loi dans lequel il s’inscrivait.

Avez-vous prévu d’autre actions pour supporter les utilisateurs qui refusent la pose d’un Linky ?

Oui, je reste attentive à tout ce qui se passe autour du compteur. J’ai été en contact avec des avocats pour voir ce que nous pouvons faire au niveau légal. Je vais aussi essayer de sensibiliser mes collègues sénateurs, sachant que 24 d’entre eux ont bien voulu être cosignataires de mon amendement. Je suis par ailleurs au courant que la France Insoumise a présenté un amendement allant dans le même sens il y a quelques semaines à l’Assemblée : je n’ai aucun blocage politique du fait que je sois de droite, et eux de gauche. Ce qui compte pour moi est d’abord le bien-être de mes concitoyens.

Please reload