Lettre ouverte au maire de Lens

24/03/2018

 

 

Monsieur Sylvain ROBERT, maire de Lens

Veuillez trouver ci-joint une lettre ouverte écrite après la réunion publique de ce mardi 13 mars.
Je vous prie de croire à l'expression de mes sentiments les meilleurs.
Pierre Rose

 

Lettre ouverte à Monsieur Sylvain ROBERT, maire de Lens

 

Comme vous, j’ai assisté à la réunion publique relative à la problématique du Linky. Le monde

présent prouve que l’inquiétude et l’envie d’être informé existent sur ce sujet.

L’objet de ce courrier n’est pas de faire le bilan de cette soirée. Il est simplement d’émettre

quelques remarques à propos de vos interventions. Principalement sur trois points :

 

- les délibérations municipales,

- la propriété des compteurs et l’attitude d’Enedis,

- l’aspect politique ou non du problème soulevé.

 

Premier point : les délibérations municipales

 

Vous avez affirmé que toutes les délibérations avaient été retoquées en tribunal administratif. 

C’est une contrevérité. Il suffit d’aller sur le site refus.linky.gaspar pour avoir des informations

fiables sur ce sujet.

Le lien en rapport avec les délibérations municipales est le suivant :

http://refus.linky.gazpar.free.fr/delibs-anti-linky-pas-annulees.htm  

 

Le titre est assez explicatif :

« Attention aux rumeurs : il est totalement FAUX de prétendre que les délibérations municipales

anti-Linky sont "annulées" »

 

Extrait assez significatif :

 

« La plupart des délibérations et arrêtés anti-Linky sont attaqués devant les Tribunaux

administratifs (TA) par les Préfets et Enedis mais à ce jour, du fait des délais de la justice (qui

manque de moyens), la très grande majorité de ces délibérations et arrêtés ne sont pas

encore passés au TA ! Il est donc totalement mensonger de prétendre que ces

décisions  "ont été annulées" !

 

 De plus :

 

- Plusieurs délibérations anti-Linky n'ont pas été attaquées et sont donc définitivement

valables, comme celle de Yerres (30 000 habitants !), ou attaquées hors-délais comme celle

de Chauconin-Neufmontiers dont les élus affichent fièrement leurs statut de village protégé

du Linky (cf. Le Parisien) 

- les quelques délibérations effectivement annulées au TA sont des délibérations d'ancien

modèle (pas assez "pointues" juridiquement) : ces jugements ont été massivement diffusés par

le camp du Linky (Enedis, les préfets, mais aussi les présidents de syndicats départementaux

d'énergie et l'Association des maires de France, structures qui sont supposées aider les

communes et non Enedis !) en "oubliant" de préciser que cela ne pouvait préjuger du sort des

nouvelles délibérations qui sont mises gratuitement à la disposition des communes, 

lesquelles sont de fait de plus en plus nombreuses à se lancer. »

Par ailleurs, AUCUNE décision municipale n'a été annulée en TA ; tout au plus le TA demande

une suspension de la décision, qui n'est en aucun cas une annulation !!!

 

Deuxième point : la propriété des compteurs et l’attitude d’Enedis

 

Vous avez –à juste titre- dit que les compteurs électriques sont la propriété de la commune. La

suite de votre argumentation est assez ambigüe. Vous laissez à penser qu’Enedis peut faire le

travail sans aucun problème. 

Puisque la commune est propriétaire des compteurs, cela a des conséquences pour les pratiques

d’Enedis : si cette entreprise veut changer un ou plusieurs compteurs, il faut absolument en

faire la demande à la commune –surtout quand c’est pour remplacer tous les compteurs par des

compteurs-capteurs.

Enedis a-t-elle fait la démarche dans votre direction ? Comme elle n’a rien fait dans ce sens,

cela signifie que cette société a outrepassé ses droits. Cela veut dire aussi que la commune de

Lens –propriétaire des compteurs- laisse faire sans rien dire ! Etonnant !

 

Troisième point : le problème posé par Linky est-il politique ou non ?

 

Dans un courrier daté du 5 mars, vous aviez écrit : « La municipalité de Lens, qui ne prendra

aucune position, s’engage »…  « à garantir la neutralité » … Vous avez bien dit, ce 13 mars, que

la réunion était à vocation apolitique. Comprenne qui voudra ! 

Vous avez connaissance ou vous devez connaitre les thématiques relatives à ce compteur-

capteur :

- Une absurdité économique et écologique : mise au rebut de 35 millions de compteurs en

parfait état de marche (aspect repris notamment par la Cour des Comptes)

- Augmentation des factures 

- Aucun avantage pour le consommateur

- Discours bidon sur les économies d’énergies

- Risque d’incendie très élevé ; dysfonctionnement de certains appareillages électriques

- Piratage aisé ; cambriolage facilité

- Coupure du courant à distance 

- Problèmes sanitaires ; notamment avec l’utilisation du CPL : potentiellement cancérigènes »

(catégorie 2B) -communiqué du CIRC, qui dépend de l’OMS   

- Exclusion du risque électromagnétique par les compagnies d’assurance 

- Destruction d’emplois

- Non-respect de la vie privée 

- Nouvel espion qui nous infantilise

Ce Linky met donc déjà en jeu des aspects sanitaires, économiques, écologiques … : on est dans

le domaine politique.

Par ailleurs, le Linky est dangereux, en particulier parce qu’il permet de récupérer des données

personnelles pour les utiliser à sa convenance ; c’est le président d’Enedis lui-même qui le dit -

même si, par la suite, sa société a tenté de créer un contrefeu ! En tout cas, il y a non-respect

de la vie privée ; on est dans un autre des aspects du domaine politique.

Enfin, le Linky est très dangereux car il fait partie des modèles qui nous amènent vers le tout-

informatique, le tout-automatique ; il est dans la panoplie des objets connectés, des villes

connectées … il nous amène vers l’intelligence artificielle … vers un avenir tellement joyeux :

transhumaniste ! Il nous infantilise en nous poussant à penser de plus en plus que nous serons

des sous-robots. C’est donc encore et toujours un projet politique.

Si cet ensemble de problèmes n’est pas politique, vous essaierez d’expliquer ce que vous

entendez par « politique » et pourquoi vous voulez garder une position neutre.

Par ailleurs, vous avez sans doute remarqué qu’Enedis nous voit principalement comme des

consommateurs et non pas comme des citoyens capables d'utiliser leur libre arbitre et de faire

des choix, ce qui est le fondement de la démocratie. Le devoir de chaque conseil municipal

n’est-il pas de protéger cette démocratie … notamment en informant et en décidant ?

 

Pour terminer, il n’est pas inutile d’évoquer l’absence d’Enedis lors de la réunion-débat. Vous

avez dit –ce 13 mars- que vous n’avez appris cette nouvelle que deux jours avant le débat.

C’est très peu probable : tout le monde savait que le porteur du projet très controversé n’allait

pas venir. Cette entreprise préfère des petites réunions avec des personnes qui le demandent.

Cela a été dit par Pierre Bouvier, responsable régional d’Enedis : «  On ne va plus dans ces

réunions, explique-t-il. On l’a fait une fois, on s’est rendu compte qu’on n’était pas audibles, que

c’était contre-productif ».  Cela a été rapporté dans La Voix du Nord en date du 5 mars, avec le

commentaire supplémentaire suivant : « Enedis préfère organiser des permanences, en

plus petit comité – ce que lui reprochent les anti-Linky » …

 

Avec l’espoir que cet envoi sera source de discussion –notamment au niveau communal-, je

vous prie de croire à l’expression de mes sentiments les meilleurs.

 

Ecrit le 15 mars 2018

Pierre Rose, adhérent du Collectif Infos Linky 62

Please reload