2 témoignages sur la réunion publique d'Enedis a Libourne

09/02/2018

Le débat organisé par la Ville s’est rapidement transformé en tribune anti-linky. Le collectif libournais a pris en main la réunion que les représentants d’Enedis ont fini par quitter.

 

 

Témoignage de Gilbert Verney  FB  

https://www.facebook.com/groups/635454549925576/permalink/1004352289702465/

 

J'ai assisté au débat électrique organisé par la Mairie de Libourne à la salle des Charruauds hier soir à 18H00 ou 2 personnes d'ENEDIS devaient répondre aux problématiques rencontrées par les Libournais. Les photos ont été prises vers 18h00 mais j'ai du abandonner les photos pour ajouter avec d'autres personnes une centaine de chaises, environ 400 personnes étaient présentes. Dès le début la tension était palpable, deux élus pour gérer ce débat le docteur Patrick NIvet et Madame Corinne Venayre ainsi que la Chef de Cabinet Marie Fulbert et une autre personne que je ne connaissais pas, a l'entrée quelques gendarmes (environ 8) pour assurer la sécurité, (d'habitude, lors de réunion publique, je ne vois jamais les gendarmes). Le collectif anti Linky Libournais avait décidé d'avoir comme porte Parole Monsieur Stéphane Lhomme, l'ennemi numéro 1 d'ENEDIS, Madame Venayre a bien tenté d'empêcher la prise de parole de Monsieur Lhomme en prétextant que ce débat était la pour les Libournais et que ce monsieur ne l'était pas auquel une grande partie de la salle a répondu que les personnes d'ENEDIS n'étaient pas LIbournaises non plus. le débat a pu commencer autour des18h30 environ mais cela ne s'est visiblement pas passé comme la Mairie et sans doute ENEDIS le voulaient. A chaque prise de parole des représentant d'ENEDIS, une partie de la salle huait et conspuait ENEDIS notamment lorsque celui ci a reconnu avoir utilisé une fiche destinée aux poseurs afin d'encourager les violations de domiciles et de bafouer nos libertés individuelles. Le moment fort a été le témoignage de Madame Agnes Delahaye mais elle a failli ne pas pouvoir s'exprimer car une personne de la Mairie (une personne que je ne connais pas ) a voulu empêcher qu'elle s'exprime en empêchant Madame Françoise Lagrenaudie de lui donner le micro, jusqu'a la menacer d'appeler les gendarmes, mais elle a pu quand même raconter son calvaire depuis l'installation d'un compteur Linky dans sa propriété, malgré la demande d'ENEDIS de ne rien dire et juste après l'intervention de Gladys d'ENEDIS annonçant qu'il n'y avait pas de problème avec ce compteur, si ce n'était des problèmes psychologiques, http://www.sudouest.fr/…/un-sos-pour-retirer-leur-compteur-… son témoignage a été bouleversant et si elle a osé le faire ce n'est pas pour elle mais bien pour tous les autres electro-sensibles afin qu'ENEDIS ne puisse pas dire que cela n'existe pas. son témoignage a été suivi de celui de Madame Labrande qui habite chez sa mère depuis l'installation de plusieurs compteurs dans sa residence ou elle est propriétaire d'un appartement qu'elle ne peut plus occuper. Enedis n'a pas a ce jour, trouvé de solution à son problème. A plusieurs reprises les 2 représentants d'ENEDIS ont fait mine de partir et vers 19h05, ils ont décidé de ne plus répondre car la salle leur était hostile. Je trouve inadmissible qu'un service public, n'assume pas ses torts et refuse de répondre aux questions par lâcheté. Au vu des informations recueillies comme par exemple la reconnaissance par ENEDIS d'une fiche encourageant les poseurs à faire des violations de domicile et de ne pas respecter nos libertés individuelles par des mensonges ou des menaces, du harcèlement voir des choses beaucoup plus grave, il serait normal que le gouvernement demande la démission de Monsieur Philippe Monloubou et des personnes ayant participé à la rédaction de ce document. Sud ouest étant présent, il devrait normalement y avoir un article sur ce débat.

 

 

 

témoignage de Emma Cher  :https://www.facebook.com/groups/635454549925576/permalink/1004582079679486/

 

Moi aussi j'étais hier soir à la réunion "voyage en absurdie" à Libourne. Si je devais résumer rapidement cette soirée, je dirais : Abandon précipité d’ENEDIS par KO debout face à un Stéphane Lhomme imposé d’entrée de jeu par un public chaud bouillant et à 2 doigts de partir en vrille. Une élue arbitre complètement dépassée par les évènements, un jeu de cache-cache incessant du micro entre les boxeurs et une femme de poigne, représentante du collectif libournais qui a su à elle seule tenir une salle électrisée.
Soirée surréaliste ! Le match du siècle qu’il ne fallait pas rater!

Les protagonistes de la soirée :
Une élue de Libourne, représentant le Maire absent qui devait passer mais qu’on n’a finalement jamais vu,
Gladys Larose, responsable de communication du programme Linky chez Enedis national,
Daniel Guigou directeur territorial Enedis en Gironde,
Dominique Lemoine-Lapaire et Françoise Lagrenaudie responsables du collectif libournais.
Les représentants de 5COM et du Syndicat d’Électrification pourtant invités ont décliné l’invitation (courage fuyons !)

Tout ce beau monde face à une salle comble (environ 500 personnes) et un public électrique, prêt à en découdre.
Et enfin, dans le fond de la salle, Stéphane Lhomme, debout, bien visible par tous et dont la seule présence a provoqué beaucoup d’émotions à la table des officiels (C’est fou l’effet qu’il fait sur Enedis sans même ouvrir la bouche!!!)

Le Débat :
L’élue représentant le Maire de Libourne prend la parole pour excuser l’absence du Maire, Philippe BUISSON, obligé d’assurer un autre engagement pris de longue date (lol). Mais elle assure qu’il viendra avant la fin de la réunion. Il n’est finalement jamais venu, son portable a dû chauffer ! Mais nous avons sa chef de cabinet venue prendre la température (avec laquelle j’ai discuté). Elle a été servie et les élus libournais ont du souci à se faire !
L’élue resitue ensuite les circonstances de ce débat prévu dans la motion (et pas moratoire) votée à l’unanimité par le conseil municipal de Libourne en séance du 18/12/2017 et adressée à Enedis et à Nicolas Hulot.
Elle rappelle les demandes faites à Enedis dans cette motion:
• Prendre en compte le refus des libournais. Pas de pression, menaces, harcèlements, et respect sans condition des personnes électro sensibles,
• Faire respecter cette demande auprès de leur sous-traitant, la société 5COM,
• Accepter l’organisation d’un débat public (nous y sommes),
• Prévoir la mesure d’ondes chez les habitants qui le souhaitent (très bonne idée !).

Puis les 2 d’Enedis, goguenards et fiers d’eux, se présentent. Vient ensuite le tour des 2 représentantes du collectif, une présente le cadre des questions à poser par le public, l’autre rappelle l’historique de leur combat et……..appelle Stéphane Lhomme en expliquant à tous qu’elle lui laisse sa place. Stéphane Lhomme s’était en même temps avancé jusque devant eux et allait prendre le micro tendu par la responsable du collectif. 
Intervention immédiate de l’élue pour refuser, remous et huées dans la salle, les 2 d’Enedis se concertent à voix basse et perdent leur attitude arrogante.
Ça s’échauffe de partout, le match commence !

S’ensuivent les questions du public malgré les interventions intempestives et ridicules de l’élue courant sans cesse après le micro pour empêcher Stéphane Lhomme de parler. Peine perdue, Il prend le micro et parle après chaque prise de parole d’Enedis pour apporter la contradiction. Les 2 d’Enedis sont hués à chaque intervention et Gladys toute rouge finit par annoncer qu’elle se barre. Le public la hue, elle prend son sac et se fait arrêter avant la sortie par des particuliers qui l’interpellent. Pendant ce temps l’autre d’Enedis fait front et Stéphane Lhomme toujours à la recherche du micro le contre systématiquement. Le public l’applaudit à chacune de ses interventions. Puis le 2° Enedis prend sa veste et tente de se barrer lui aussi. Il est coincé au même niveau que Gladys, tous deux pris à partie (mais sans aucune violence) par des particuliers. L’élue complétement dépassée ne sait plus où donner de la tête et c’est Dominique Lemoine-Lapaire, représentante du collectif, qui finit par calmer d’autorité le public et reprendre le cours des évènements avec l’appui de Stéphane Lhomme qui en profite pour dérouler ses arguments, photos à l’appui et sans Enedis.

Le débat s’achève ensuite faute de débatteur.

Nous avons tout de même pu apprécier les réponses fallacieuses d’Enedis qui ont choqué et énerver le public. Nous avons aussi entendu des témoignages émouvants et douloureux de particuliers (exemple, juste après qu’Enedis parle des électro sensibles en affirmant que les manifestations physiques sont "psychologiques"!, une dame pro linky devenue hyper électro sensible le soir même de la pose de ce compteur chez elle et en proie à de fortes douleurs ainsi qu’à l’incrédulité de tout son entourage, son médecin traitant et sa propre famille) des témoignages choquants et révoltants (exemple : celui d’une autre dame parlant d’un couple de retraités âgés de 71 ans résidant à Bordeaux et faisant partie de sa famille qui se sont fait tabasser à coup de chaussures de sécurité par un poseur parce qu’ils ne voulaient pas de ce compteur).

La représentante du Collectif a précisé avant de conclure que le collectif libournais venait de rallier le collectif national et a présenté, en conseillant de s’y inscrire rapidement, la seule action collective en justice d’envergure nationale : 48€ par personne pour une inscription avant le 07 avril prochain sinon 480€ après, inscriptions en ligne sur la plateforme mysmartcab.fr, 851 inscriptions à ce jour avec abandon de la condition des 1000 inscrits minimum, l’action en justice se fera quel que soit le nombre d’inscrits et concernent autant ceux qui ont le compteur posé chez eux comme ceux qui ne l’ont pas encore. Un des avocats peut intervenir bénévolement à la demande de collectifs pour présenter cette action au public (le collectif doit seulement prendre en charge financièrement ses frais de transport depuis Toulouse)

Au final, rien de nouveau chez Enedis mais des gens de plus en plus à bout de nerf à force d’être pris pour des idiots. La cocotte-minute est prête à exploser et il est à craindre des mouvements de violences chez certaines personnes si Enedis et 5Com ne changent pas de comportement.

À la fin de la réunion, Nous avons discuté (entre-autre) avec Stéphane Lhomme et une responsable du collectif bordelais, elle aussi prête à venir présenter leur mode d’action avec la sommation par huissier par exemple et qui peut aussi sur demande et présentation de la photo du compteur des particuliers conseiller sur la meilleure et plus sûre manière de barricader son compteur.

Ce que nous n’avions pas vu car nous sommes arrivées très tôt, ce sont les gendarmes et la police municipale venues en nombre devant la salle prêts à intervenir (lu dans d’autres témoignages).

Et voilà, après un pique-nique de nuit improvisé sur le parking mais très convivial, nous sommes repartis tant bien que mal chez nous dans un autre département (le GPS était lui aussi devenu fou !), bien contents tous autant qu’on était, d’avoir assisté à cette soirée hallucinante.

Please reload